Mutaero

Les plus Mutaero

Des services spécifiques dédiés Chez Mutaero, chaque problème a sa solution ! Nous avons mis en place des services dédiés afin de vous accompagner dans...

En savoir plus

La gouvernance

Le groupe Mutaero est dirigé par différentes instances au sein desquelles sont répartis les pouvoirs décisionnaires et dont les missions sont détaillées...

En savoir plus

Demande d'informations

Vous souhaitez nous contacter ou avoir des informations sur cette offre ?

Formulaire de contact

Rappel gratuit

Vous souhaitez être rappelé ?

Saisissez votre numéro de téléphone fixe ou mobile, nous vous rappelons immédiatement et c'est GRATUIT !

L'édito

« Reste à charge zéro » ou « 100 % Santé »

 

Une prise en charge à 100 % pour les lunettes et les prothèses dentaires et auditives ! Telle était la promesse du candidat Emmanuel Macron.

La réforme est en train de se mettre en place et sera mise en œuvre graduellement d'ici à 2021. Les dépenses en optique, dentaire et audioprothèse seront de mieux en mieux prises en charge jusqu'à un remboursement intégral, dans deux ans et demi (en prenant en compte les remboursements de l'Assurance maladie obligatoire et des mutuelles qui couvrent 95 % de la population).

Le ministère des Solidarités et de la Santé l'assure : « la prise en charge à 100 % (« offre 100 % santé ») se fera pour des produits de qualité ». Les opticiens, les dentistes et les audioprothésistes devront systématiquement proposer cette offre. Mais chacun d’entre nous aura la possibilité de privilégier des équipements différents en payant le surcoût ou grâce au remboursement de leur complémentaire santé.

Regardons de plus près les modalités de la prise en charge pour les audioprothèses, l’optique et le dentaire.

 

  • Pour les audioprothèses, le coût moyen est actuellement de 1.500 € par oreille, laissant à la charge du patient environ 850 €. La réforme permettra de réduire le reste à charge jusqu’à une prise en charge à 100 % en 2021. Pour y parvenir, l'Assurance maladie va doubler la base de remboursement pour tous les appareils y compris pour ceux qui resteront en dehors du panier de prise en charge à 100 %.

Les assurés seront libres de choisir des modèles plus onéreux mais le montant pris en charge par les régimes obligatoire et complémentaire ne pourra pas excéder 1.700 euros par appareil (limite pour les contrats responsables)

 

  • Pour les lunettes,  les opticiens devront proposer plusieurs montures à moins de 30 euros. Un patient qui optera pour les verres 100 % remboursés pourra toujours préférer une monture plus chère, à ses frais, désormais remboursée par le contrat responsable à 100 € maximum.

Le ministère des Solidarités et de la Santé assure que les verres 100 % remboursés « sont des équipements de qualité, tant par leur esthétique (amincissement) que par leur performance technique (verres anti-rayures, verres antireflets). »

Ce volet sera effectif dès 2020. Comme pour les audioprothèses, l'Assurance maladie mettre la main à la poche avec une participation revalorisée à 18 % du coût total des équipements contre 4 % en moyenne actuellement.

 

  • Pour le dentaire, la réforme prévoit de plafonner les prix de la majorité des prothèses dentaires, de revaloriser les « soins conservateurs » (traitement des caries, détartrage) et de créer de nouveaux actes de prévention. La mise en place de plafonds entrera en vigueur dès 2019, puis « le reste à charge 0 » s'appliquera aux couronnes et bridges en 2020, aux prothèses amovibles en 2021. Ainsi, près de la moitié des prothèses seront remboursées intégralement.

Afin de faire adhérer les dentistes, qui devront limiter les prix pratiqués sur les actes pris en charge à 100 %, le tarif des remboursements de soins courants par la Sécurité sociale va augmenter, afin d'encourager la prévention.

La Caisse nationale d'assurance maladie va donc devoir débourser 717 millions d'euros en cinq ans et les complémentaires santé 505 millions. Ce qui pose – comme pour les audioprothèses ou l'optique – la question d'une éventuelle augmentation du tarif des complémentaires santé.

 

 

Le gouvernement assure mettre l'accent sur la prévention pour réduire les coûts du système. Mais cela sera-t-il suffisant ?

Pour Mutaero, l’entrée en vigueur de ces mesures représentera inévitablement des couts supplémentaires.

Or dans nos mutuelles dont le modèle économique repose sur le principe du strict respect des équilibres financiers, il sera difficile de ne pas répercuter le surcout engendré par ces mesures sur les cotisations. Le gouvernement surement plein de bonne volonté n’a peut-être pas pris en compte cette spécificité.

La gouvernance de la mutuelle suit ce dossier au plus prêt pour mesurer le plus rapidement et le plus précisément possible l’impact de cette réforme.

 

Bien à vous,

François CODINE

Président de MUTAERO